Accueil > Blog

Santé
Asie du Sud-Est : quels sont les risques sanitaires possibles ?

Publié le 22-03-2020
motif_article

Partager

Des envies de voyage ?
Nous sommes là pour nous occuper de votre santé

Working Holiday ou PVT fleche

Working
Holiday ou PVT

Étudiant en voyage fleche

Étudiant
en voyage

Court ou long séjour fleche

Court ou long
séjour

Séjour en France fleche

Séjour
en France

Avant de prendre ton billet pour  l’Asie du Sud-Est, renseigne-toi sur les risques sanitaires dans cette région et les vaccins nécessaires ou recommandées. 

Les pays concernés    

L’Asie du Sud-Est compte 11 États : le Vietnam, la Thaïlande, les Philippines, le Timor oriental, le Laos, le Cambodge, Singapour, la Birmanie, l'Indonésie, le Brunei et le Cambodge. 

La dengue

Sous sa forme la plus courante, la dengue est très similaire à la grippe. Elle est transmise à l'homme par des piqûres de moustiques "Aedes Aegypti" ayant piquée une personne infectée. Il n’y pas de contagion directe d’une personne à une autre. 

Le risque de transmission de la dengue est très présent en Malaisie et au Cambodge. 

Le Cambodge a signalé 13 000 cas de dengue de janvier au 24 juin 2019, soit environ cinq fois plus par rapport à la même période en 2018. La période épidémique dans le pays coïncide avec la saison des pluies de mai à octobre. 

En Malaisie, le nombre de cas de dengue a atteint un niveau record entre janvier et août 2019, avec 80.000 cas et 113 décès signalés. 

A Singapour, on a recensé environ 1723 cas au premier semestre 2020, soit 60% de plus qu’en 2019 avec 1057 cas et 20 décès. 

Vaccin recommandé contre la dengue : 

Le Dengvaxia est le seul vaccin homologué à ce jour. 

Le paludisme 

Le paludisme ou la malaria est endémique dans de nombreux pays d’Asie du Sud-est. Au Laos par exemple, le paludisme est endémique dans tout le pays, sauf à Vientiane. C’est aussi le cas au Cambodge, à l'exclusion de la ville de Phnom Penh. 

En Thaïlande, le paludisme est la 7ème cause de décès dans le pays. Le risque est plus grand dans les zones rurales. Par contre, il n’y a aucun risque dans les villes de Bangkok, Chiang Mai, Chiang Rai, Pattaya, Phuket et Ko Samui et dans les grandes stations touristiques.

Au Vietnam, le risque de paludisme existe dans tout le pays, à l'exclusion des centres urbains, du delta du fleuve Rouge et des plaines côtières du centre du Vietnam. 

D’autres villes du pays sont également concernés, notamment : 

  • Les 4 provinces centrales des hauts plateaux Dak Lak, Dak Nong, Gia Lai et Kon Tum, 
  • La province de Binh Phuoc
  • Les parties occidentales des provinces côtières, Quang Tri, Quang Nam, Ninh Thuan et Khanh Hoa.

Des précautions sont à prendre puisqu’à ce jour, il n’existe aucun vaccin contre le paludisme. 

Le chikungunya (CHIK) 

C’est une maladie virale aiguë transmise par les piqûres des moustiques infectés. Le risque est plus inhérent en Afrique, dans les îles des Caraïbes et de l'Atlantique, dans les îles de l'océan Indien et en Asie du Sud-Est, jusqu'aux Philippines et en Indonésie.

En Asie du Sud-Est, la forme de la dengue hémorragique est très fréquente. Les symptômes se manifestent 3 à 7 jours après avoir été piqué par un moustique infecté. Les symptômes les plus courants sont la fièvre, les douleurs articulaires, les maux de tête en plus d’éruption cutanée. 

Le Chikungunya n’est pas mortel mais ses symptômes peuvent être invalidants.

Comme pour le paludisme, il n’y a aucun vaccin contre le chikungunya.

La mélioïdose

La bactérie Burkholderia Pseudomallei responsable de la mélioïdose se trouve particulièrement en Asie du Sud-Est. La mélioïdose, qui se développe à travers la peau, les poumons ou en buvant de l'eau contaminée, peut être extrêmement difficile à diagnostiquer car ses symptômes sont similaires à ceux de la tuberculose et de la pneumonie. 

Un traitement inadéquat de l'infection peut entraîner un taux de mortalité élevé. Les personnes les plus à risque sont celles atteintes de diabète ou d'insuffisance rénale chronique. Les grands consommateurs d’alcool sont également concernés. 

Il n’y a pas de vaccin contre la mélioïdose. La prévention est donc indispensable !

L'encéphalite japonaise 

Dans les pays tropicaux d'Asie du Sud, le risque d'être infecté par la maladie reste élevé tout au long de l'année. Dans les régions du nord, en revanche, le risque est élevé pendant la saison des pluies ( mai à octobre).

Comme pour la dengue, elle se transmet par la piqûre d'un moustique infecté. La maladie se manifeste par une forte fièvre, des maux de tête ou encore des convulsions. 

Le vaccin est recommandé aux voyageurs qui comptent séjourner plus d’un mois dans des zones endémiques, pendant cette saison. 

La diarrhée du voyageur ou la Turista

C’est une gastro-entérite aiguë qui affecte les voyageurs provenant de pays à niveau d’hygiène élevé, qui se rendent dans des régions aux conditions sanitaires critiques.

L’Asie du Sud-Est fait partie des zones les plus à risque, en plus de l'Inde, du Bangladesh et certains pays d'Afrique et d'Amérique centrale, en particulier le Mexique. 

Les cas spécifiques 

Au Myanmar, les conditions d'assainissement sont précaires, notamment dans les zones périphériques où on enregistre des pathologies typiques telles que : la tuberculose, le paludisme, la dengue, les hépatites  A et B, le choléra et la typhoïde.  

 Au Vietnam, les infections intestinales et le choléra sont courants pendant la saison des pluies, de mai à septembre. Il est conseillé de prendre les mesures sanitaires et hygiéniques appropriées  dans les zones urbaines et même dans la capitale.

Les vaccinations obligatoires et recommandées 

Selon la destination, certains vaccins peuvent être nécessaires. 

Pour le Cambodge, le Laos, la Malaisie, le Myanmar, la Thaïlande et le Vietnam, le vaccin contre la fièvre jaune est obligatoire pour tous les voyageurs de plus d'un an en provenance d’un pays à risque de transmission de la maladie, ainsi que pour les voyageurs ayant transité plus de 12 heures dans l’aéroport d'un pays à risque. 

Le Myanmar exige également un certificat de vaccination contre la fièvre jaune, avec une exception pour les voyageurs provenant du Panama. 

En Indonésie, la vaccination contre la typhoïde, la paratyphoïde, l'hépatite A,  B et le tétanos sont recommandées.  

Les conseils préventifs pour un voyage en Asie du Sud-est

Pendant ton séjour, pense à respecter les consignes suivantes : 

  • Évite de te rendre dans les zones rurales ou éloignées
  • Ne bois pas l’eau du robinet. L’eau minérale et les boissons en bouteille, sans glace sont préférables.  
  • Ne mange pas n’importe où pour éviter le risque d'hépatite, de typhoïde, etc.
  • Consomme de la nourriture bien cuite, notamment les viandes, les œufs 
  • Les légumes crus doivent être lavés soigneusement
  • Respecte les règles d'hygiène de base, comme se laver fréquemment les mains, utiliser les désinfectants, préférer les mouchoirs en papier, jetables, aux serviettes.

En cas d'apparition de symptômes de grippe ou de fièvre, consulte immédiatement un médecin.

L’assurance santé 

Avant de voyager en Asie du Sud-Est, il est recommandé de souscrire une assurance internationale qui couvre les frais d'hospitalisation et propose d’autres garanties comme le rapatriement sanitaire, le transfert vers un autre pays, etc.  

World Pass Heyme propose un remboursement à 100% des frais réels, sur tes dépenses de santé inopinées, et tes médicalement nécessaires, mais également : 

  • Une prise en charge directe auprès de l’établissement de soins de tes frais en cas d’hospitalisation.
  • L’assistance et le rapatriement médical.
  • L’assistance juridique à l’étranger (avance de caution pénale et frais d’avocat).
  • Les assurances responsabilité civile et individuelle accident.
  • De nombreuses autres garanties d’assistance.

Pour plus d’informations sur la santé en Asie du Sud-Est, le site Internet de l'OMS propose une veille régulière sur l'évolution de la situation sanitaire dans la région.  

Note 0 - 0 vote