Accueil > Blog

Formalités
Partir en Erasmus : informations pratiques

Publié le 29-03-2019
motif_article

Partager

Des envies de voyage ?
Nous sommes là pour nous occuper de votre santé

Working Holiday ou PVT fleche

Working
Holiday ou PVT

Étudiant en voyage fleche

Étudiant
en voyage

Court ou long séjour fleche

Court ou long
séjour

Séjour en France fleche

Séjour
en France

Chaque année, des milliers de jeunes décident de joindre l’utile à l’agréable et de partir vivre une expérience à l’international. En 2017, plus de 70.000 jeunes ont quitté la France dans le cadre d’Erasmus+, programme européen pour l'éducation, la formation, la jeunesse et le sport.

Si vous êtes-vous aussi un futur « Erasmus+» et que vous vous posez des questions sur la durée du programme, les aides financières ou encore l'assurance santé, voici ce qu’il faut savoir.

Le principe Erasmus+ 

Ce programme est réservé aux étudiants et enseignants du cycle supérieur désirant vivre une expérience à l’international. L’objectif est d’améliorer et d’augmenter la mobilité ainsi que la collaboration entre les établissements européens.

Grâce à Erasmus+, vous pourrez poursuivre vos études dans un établissement étranger partenaire, vous inscrire à des cours de langue « CIEL » ou effectuer un stage au sein d’entreprises européennes.

Qui peut partir en Erasmus ?

Le programme Erasmus+ s'adresse à tous publics : scolaires, apprentis, adultes ou étudiants. Ces derniers doivent déjà avoir validé une première année dans le supérieur (université ou école), toutes filières confondues.  

Les étudiants souhaitant effectuer un stage à l’étranger peuvent également postuler dès leur première année d’étude pour une durée de 3 à 12 mois de stage. Pour les formations BAC+2, la durée minimum est de 2 mois. 

Attention, vous ne pourrez effectuer qu’un seul Erasmus+ dans votre parcours scolaire, ce qui ne vous empêche pas de passer par d’autres organismes si vous avez la bougeotte ! Ready to Go vous prodigue quelques conseils pour vos études à l’étranger.

Comment financer un séjour Erasmus ?

Vous pourrez peut-être bénéficier d’une bourse Erasmus+, attribuée par la Commission Européenne. La somme reçue dépend du coût de la vie du pays d'accueil :

  • Pour les étudiants : 200 à 300€
  • Pour les stagiaires : 350 à 450€
  • 150 à 250€ pour les pays où le coût de la vie est le moins élevé.

Si vous obtenez cette bourse, sachez qu’elle sera versée en 2 fois, alors freinez vos dépenses ! Le premier versement se fera à votre départ, le second à votre retour après avoir renvoyé votre attestation de présence et remis votre rapport Erasmus+. 

Vous pouvez partir en études et en stage avec Erasmus et bénéficier 2 fois de cette bourse.

Il est également possible de bénéficier d'une bourse de votre conseil régional pour financer votre projet de mobilité internationale. Renseignez-vous !

Quelle couverture santé lors d’un Erasmus ? 

Votre Sécurité Sociale continuera à vous couvrir durant votre séjour en Europe. Seule différence : au lieu d’utiliser votre carte vitale, valable uniquement en France, vous devrez présenter une «  Carte Européenne d’Assurance Maladie », à demander au moins 15 jours avant le départ.

La CEAM atteste de vos droits aux soins de santé publics au même titre que les résidents du pays d’accueil. En cas de pépins, vos frais médicaux seront partiellement pris en charge par la Sécurité Sociale. 

Cette carte est certes nécessaire mais reste tout de même insuffisante. D’une part, car elle n’agit qu’en Europe et, d’autre part, car les soins de santé en France font partie des moins coûteux du continent. Vous paierez donc facilement plus cher à l'étranger pour les mêmes actes médicaux. Le remboursement, quant à lui, se fera dans la limite des tarifs en vigueur. 

La CEAM ne prend pas en charge le rapatriement médical, le retour anticipé et d’autres garanties d’assistance à l’étranger. 
Disposer d’une assurance santé internationale est la solution la plus sûre aussi bien en Europe que dans le reste du monde. 

Erasmus+ : pays du programme et pays partenaires

Les États signataires, à savoir les pays de l'Union européenne, l'Islande, le Liechtenstein, la Norvège, la Turquie, l'Ancienne République Yougoslave de Macédoine ainsi que la Serbie, peuvent prendre part aux différentes actions dédiées aux « pays du programme ». 

En revanche, les pays partenaires ne peuvent participer que sous certaines conditions. On parle notamment des pays : 

  • Du voisinage européen à l'Est (Arménie, Azerbaïdjan, Biélorussie, Géorgie, Moldavie, Ukraine)
  • De l'Afrique du Nord et du Moyen-Orient (Algérie, Maroc, Tunisie, Lybie, Égypte, Palestine, Jordanie, Israël, Liban, Syrie)
  • Des Balkans occidentaux (Albanie, Bosnie-Herzégovine, Kosovo, Monténégro)
  • De la fédération de Russie 
  • De l’Amérique, l’Asie, la zone Afrique, Caraïbes – Pacifique.

Note 5 - 81 votes