Détente & loisirs

Les villes fantômes à visiter (ou pas)

Publié le 01-01-2021
Détente & loisirs

Vous cherchez une destination de voyage originale, un lieu où vivre des moments inoubliables. Et que diriez-vous de vous aventurer dans une ville fantôme ? Voici quelques villes abandonnées où vous pouvez commencer à planifier une visite prochainement. Certaines d’entre elles sont fermées !

Kolmanskop (Namibie)

Kolmanskop (Namibie)

Kolmanskop est une ville fantôme du sud de la Namibie, non loin du port de Lüderitz. 

En 1908, cette ville a été envahie par les chercheurs d'or du désert namibien. En deux ans, cette ville a vu naître un casino, une école, un hôpital et plusieurs zones résidentielles. Après la Première Guerre mondiale, les prix des diamants ont commencé à baisser considérablement. La recherche de diamants n'est plus aussi lucrative et donc Kolmanskop a connu un réel déclin. 

Depuis les années 50, les dunes ont repris le dessus sur la ville. Aujourd'hui, vous pouvez encore visiter certains bâtiments en bon état. L'intérieur du théâtre, par exemple, est particulièrement bien conservé. Cependant, une grande partie de la ville est en totale décrépitude. 

Craco (Italie)

Craco (Italie)

Craco est située dans la région de Basilicata, dans la province de Matera. Elle a été fondée au 8ème siècle.

En 1963, Craco a été évacué suite à un risque de glissement de terrain. Les mauvaises conditions agricoles, les conditions météorologiques, les tremblements de terre et la guerre ont poussé la population à quitter la ville. 

Aujourd'hui, Craco s'est en grande partie effondrée. L'atmosphère des rues étroites est effrayante et il faut faire attention aux débris qui tombent. 

Craco est maintenant utilisé comme "parc scientifique". Le déplacement de terrain et la dégradation du lieu sont cartographiés avec précision. C'est aussi un lieu de tournage très populaire !

Pripiat (Ukraine)

Pripiat (Ukraine)

Cette ville est située dans la zone d'exclusion. Elle s'étend sur un rayon de 30 kilomètres autour du site de la catastrophe nucléaire de Tchernobyl. 

Elle comprend la zone la plus sévèrement touchée par la catastrophe nucléaire. Le sol y est hautement radioactif et tous les habitants ont été évacués. La zone est devenue interdite jusqu'à ce jour. De courtes visites avec l'approbation de l'administration de la zone d'aliénation sont possibles. 

Pripiat ressemble aujourd'hui à un musée de l'époque soviétique. Appartements, bâtiments administratifs, piscines, hôpitaux, tout est encore là. 

Beaucoup d’objets sont encore présents dans les maisons et les bâtiments : TV de 1986, jouets pour enfants, meubles, vêtements, etc. Les résidents n’avaient le droit de prendre qu’une seule valise avec leurs biens les plus précieux. Au fil des ans, les bâtiments n’ont pas été entretenus et sont tombés en ruine. La nature a donc repris ses droits.

Citadelle de Kowloon (Hong-Kong)

Citadelle de Kowloon (Hong-Kong)

Cette ville située à la sortie de Hong Kong servait de vigie contre les pirates. 

Pendant la Seconde Guerre mondiale, elle a été rattachée au Japon. La Grande-Bretagne et la Chine ne voulant pas la récupérer, elle est restée longtemps une ville sans lois. 

Dans les ruelles étroites,on trouvait parfois de gigantesques tas d'ordures. 

C'était un lieu de casinos, de maisons closes, de pirates et d'opium jusqu'en 1993.

Varosha (Chypre)

Varosha (Chypre)

C'était autrefois une destination touristique de premier choix. Maintenant, c'est une ville fantôme. 

Varosha est située dans le nord de Chypre. Avant l'invasion des Turcs en 1974, c'était une zone touristique moderne. Depuis, elle a été abandonnée et fermée. 

Les hauts bâtiments et les grands hôtels sont vides. La dégradation est visible. La nature a repris le dessus et les tortues de mer sont de retour sur les plages désertes.

Hashima (Japon)

Hashima (Japon)

Hashima, appelée aussi Gunkanjima, est située dans la préfecture de Nagasaki, à environ 15 kilomètres de la ville de Nagasaki. 

Cette île inhabitée est parfois appelée "Battleship Island" en raison de ses hautes murailles. En 1890, Mitsubishi l'a acheté pour extraire le charbon des fonds marins. 

En 1916, on y a construit des halls de production, des appartements et des digues pour protéger les habitants des ouragans. 

Lorsque le pétrole a commencé à remplacer le charbon, l'importance de cette industrie a diminué. Les mines Hashima ont subi le même sort que beaucoup d'autres mines et ont été fermées. 

Aujourd'hui, la ville est vide et les visites sont interdites. Gunkanjima a servi de toile de fond au film "Battle Royale II" et plus tard à "James Bond Skyfall".

Agdam (Azerbaïdjan)

Agdam (Azerbaïdjan)

Cette ville a été abandonnée en 1993 pendant la guerre du Haut-Karabakh. 

Ses habitants sont partis, après d'intenses combats sur le champ de bataille. Pendant l'occupation, les règles de la guerre ont été régulièrement bafouées par les troupes arméniennes et la ville a connu prise d'otages, ouverture arbitraire du feu et déportation des résidents. 

Quand la ville a été prise, toute la population a fui vers l'est de l'Azerbaïdjan vers l'Iran. De nos jours, il ne reste que des ruines, ou presque !

 


Partager
Retour au blog
Ces articles peuvent vous intéresser
blog1
  •  
  •  
Détente & loisirs

Détaxes : comment fonctionne le duty free ?

Vous souhaitez faire du shopping dans les boutiques duty free ? C'est possible ! Et pourtant, il est important de bien comprendre le fonctionnement et le mystère du duty free pour que votre expérience soit une bonne affaire et non pas un piège.

blog1
  •  
  •  
Santé

Le remboursement des soins dentaires à l’étranger

Chaque année, plusieurs milliers de français partent à l’étranger pour leurs soins dentaires, notamment pour se faire poser des prothèses ou des implants. Leur principale motivation est de faire des économies sur des soins trop chers, peu ou pas remboursés en France. C’est ce qu'on appelle le tourisme dentaire. On fait le point sur le remboursement des soins dentaires à l’étranger par la Sécurité sociale et par la complémentaire santé.

blog1
  •  
  •  
Vie quotidienne

La mobilité internationale des étudiants en situation de handicap

L’accès à la mobilité internationale reste très difficile pour les étudiants en situation de handicap et pourtant elle fait partie intégrante du parcours des études supérieures. Entre les difficultés d’accès aux soins, les complications liées aux transports, les barrières administratives et les problèmes liés à l’accompagnement à la vie personnelle et sociale, vous serez confronté à de nombreuses difficultés. Mais pas de panique ! Voici nos conseils pour vous aider à y remédier.